02/07/2012

Un petit mot de Madame Annie Taulet sur l'enseignement : le Lycée Provincial Hornu Colfontaine

L’année scolaire 2011 – 2012 touche à sa fin !

Publié par  dans Enseignement le 29 juin 2012

Après avoir présenté les examens de fin d’année, les étudiants ont pu relâcher la pression quelques jours avant le moment le plus important et le plus solennel pour eux et pour leurs parents, celui de la remise des diplômes.

Ces 28, 29 et 30 juin, j’ai eu le grand plaisir de remettre aux étudiants lauréats et méritants leurs diplômes et prix spécifiques notamment à l’Athénée  Provincial Jean d’Avesnes, l’Ecole du Futur, le Lycée Provincial Hornu Colfontaine, le Lycée Provincial d’Enseignement Technique du Hainaut à Saint-Ghislain, l’Académie Provinciale des Métiers, Mons Formations à Cuesmes et aux implantations locales dela Haute EcoleProvinciale Condorcet. Tous n’ont malheureusement pas vécu cet événement à la hauteur de leurs espérances. Je souhaite donc toutefois aux ajourné(e)s une heureuse issue en septembre prochain.

La Province de Hainaut promeut depuis toujours un enseignement soucieux d’apporter à chacun des élèves le plus complet épanouissement de sa personnalité et les meilleures chances d’insertion sociale et professionnelle. Dans sa démarche éducative, la Province s’est fixée quatre grands axes d’actions, dégageant ainsi les thématiques de revalorisation de l’enseignement qualifiant, de lutte contre l’échec scolaire, d’ouverture et d’innovation.

Depuis 2004, j’ai œuvré dans ces directions afin d’assurer les meilleures formations à nos étudiants. L’enseignement qualifiant est, au même titre que l’enseignement général, un enseignement de premier choix car, et j’insiste sur ce fait, se former à un métier est un projet noble, exigeant et passionnant. De plus, la Province de Hainaut expérimente depuis 2009 un nouveau concept pédagogique, l’approche orientante. Ce dispositif innovant aide l’élève dans sa quête de connaissance de soi et l’accompagne dans son choix professionnel. Trouver sa vocation, c’est réduire l’échec scolaire, c’est s’ouvrir sur les différentes filières et formations d’enseignement.

L’enseignement provincial est un enseignement dynamique et proactif, attentif aux besoins de la société et tourné vers l’avenir. Cette énergie se traduit par l’ouverture de nouvelles sections et la mise en place de projets novateurs tels que « J’aurai 20 ans en 2015 », Média DJ, De l’Art à la bouche.

C’est donc avec toutes mes félicitations à l’égard des équipes éducatives et pédagogiques et des étudiants, que je vous souhaite à toutes et tous, de très bonnes vacances !

30/06/2012

Revenus de remplacement : Congé palliatif

Revenus de remplacement :

Congé palliatif

L’un de vos proches est très malade et vous désirez l’épauler et rester auprès de lui le plus souvent possible. Ce genre de situation est souvent difficilement conciliable avec les horaires de la vie professionnelle. La législation belge a donc prévu une solution pour la plupart des travailleurs qui peuvent ainsi bénéficier d’un congé palliatif.

 

Ce congé donne droit à une indemnité fédérale. Les travailleurs qui exercent leur droit pour un « congé thématique » maintiennent leurs droits à la sécurité sociale comme s’ils avaient travaillé à plein temps.

Si vous travaillez dans le secteur public ou dans une entreprise publique autonome, contactez votre service du personnel afin de vérifier si l’autorité dont vous dépendez a réglementairement prévu les différentes possibilités reprises ci-après.

Cette allocation fédérale peut être complétée par une prime octroyée au niveau du secteur ou de l’entreprise et, pour les personnes qui travaillent en Région flamande, par une prime de la Communauté flamande. Pour connaître les conditions d’octroi de ces dernières et les démarches administratives requises, nous vous invitons àcontacter les instances concernées.

 

Principe général

  • Dans le secteur privé, tous les travailleurs ont le droit de suspendre totalement l'exécution de leur contrat de travail ou de réduire leurs prestations de travail en vue de se consacrer à l'octroi de soins palliatifs en faveur d'une personne atteinte d'une maladie incurable. Cette personne ne doit pas nécessairement être un membre de la famille. Dans le secteur public, un droit analogue au congé palliatif existe ; cet aspect de la question n'est pas abordé dans le cadre du présent texte. Pour plus d'information à propos du droit au congé palliatif dans le secteur public il convient de s'adresser aux services publics concernés.
  • Le soin palliatif consiste en toute forme d'assistance, aussi bien médicale, sociale, administrative que psychologique, et de soin donnés à des personnes souffrant d'une maladie incurable et se trouvant en phase terminale.
  • Le congé pour soins palliatifs peut s'exercer d'une des manières suivantes :
    • Tout travailleur (occupé à temps plein ou à temps partiel) peut suspendre totalement l'exécution de son contrat de travail durant 1 mois, par patient, dans le cadre du congé pour octroi de soins palliatifs. Cette période peut être prolongée une fois à concurrence d'un mois.
    • Tout travailleur à temps plein ou à temps partiel occupé au moins au ¾ d'un temps plein peut réduire ses prestations à concurrence d'1/5 ou d'un mi-temps durant un mois par patient. Cette période peut être prolongée une fois à concurrence d'un mois.
  • Le congé débute le premier jour de la semaine suivant celle au cours de laquelle l'attestation du médecin traitant a été remise par le travailleur à l'employeur ou, moyennant l'accord de l'employeur, à un moment plus court.

Avertissement de l'employeur

Le travailleur qui souhaite exercer son droit au congé pour octroi de soins palliatifs doit fournir à son employeur une attestation du médecin traitant de la personne qui nécessite ces soins. De cette attestation, il doit ressortir que le travailleur se déclare prêt à fournir ces soins palliatifs, sans qu'à cette occasion l'identité du patient ne soit dévoilée.

Dans l'hypothèse où le travailleur souhaite faire usage de la possibilité de prolonger son congé d'1 mois, il doit à nouveau fournir une telle attestation. Un travailleur peut remettre au maximum 2 attestations pour des soins palliatifs octroyés à une même personne.

Report ou refus du congé

Pour autant que toutes les conditions requises soient remplies, l'exercice du congé pour soins palliatifs ne peut être ni refusé ni reporté par l'employeur.

Allocation d'interruption

Dans le d’un congé pour soins palliatifs, les allocations brutes d'interruption sont les suivantes (montants bruts octroyés aux travailleurs du secteur privé au 1er janvier 2008) :

 

Allocation mensuelle  Moins de 50 ans 50 ans et plus
 Interruption complète 726.85€ 726.85€
Réduction à mi temps 363.42€ 616.45€
 Réduction de 1/5 123.29 € ou 165.80 si isolé* 246.58€
*Par isolé on entend le travailleur qui habite seul avec un ou plusieurs enfants dont il a la charge.
La demande d'allocation d'interruption doit être introduite au moyen des formulaires qui sont fournis par l'Office national de l'Emploi.

 

A la demande doit être jointe une attestation du médecin traitant du patient dont il ressort que le travailleur a déclaré être prêt à fournir une assistance ou des soins au membre du ménage ou de la famille gravement malade. En cas de prolongation, une nouvelle attestation doit être fournie.

Protection contre le licenciement

La protection contre le licenciement en vigueur dans le cadre de l'interruption de carrière est d'application. Ceci implique que l'employeur ne peut poser aucun acte tendant à mettre fin unilatéralement à l'occupation, sauf pour motif grave ou suffisant.


Un motif qui trouverait uniquement sa source dans la prise de ce congé ne constitue par un motif suffisant. Un licenciement réalisé dans le cadre du licenciement collectif qui touche une catégorie déterminée de personnel en vue d'une réorganisation de l'entreprise peut par contre être considéré comme un motif suffisant.

La protection prend cours le jour de l'avertissement écrit adressé à l'employeur et prend fin trois mois après la fin du congé pour assistance ou octroi de soins à un membre du ménage ou de la famille gravement malade.

Si le congé est pris à temps plein, le préavis donné par l'employeur avant ou durant ce congé est suspendu durant la période de suspension complète. Ceci n'est par contre pas d'application si le congé est pris à mi-temps. Dans ce cas, le préavis continue à courir.

 Réglementation

  • Loi de redressement du 22 janvier 1985 contenant des dispositions sociales (Moniteur belge du 24 janvier 1985), Chapitre IV - Section 5, modifiée à plusieurs reprises.
  • Arrêté royal du 22 mars 1995 relatif au congé pour soins palliatifs, portant exécution de l'article 100bis, §4 de la loi de redressement du 22 janvier 1985 contenant des dispositions sociales et modifiant l'arrêté royal du 2 janvier 1991 relatif à l'octroi d'allocations d'interruption

Et les indépendants ?

Depuis le 1er janvier 2010, les indépendants peuvent également prétendre à un congé palliatif.

Les indépendants qui veulent accompagner leur enfant ou leur partenaire en fin de vie ont, depuis le 1er janvier 2010, droit à :

  •  une exemption des cotisations sociales pour un trimestre sans conséquence sur la constitution de la pension
  •  une indemnité forfaitaire en cas d'activité professionnelle temporairement interrompue pendant au moins quatre semaines consécutives (équivalente à deux mois de la pension minimale pour un indépendant isolé)

Attention : la personne soignée doit être le partenaire ou un enfant de l'indépendant. Ce n'est pas le cas pour les employés.

 

Le coup de pouce de Partenamut

Dans le cadre de son Assurance Complémentaire, Partenamut intervient à hauteur d'un forfait de 250€ (renouvelable une fois).

Les soins palliatifs

Définition

Les soins palliatifs favorisent la qualité de vie des personnes souffrant de maladies mettant leur vie en danger et celle de leur famille. Leur but est d'éviter et de combattre la douleur. Pour ce faire, les soins palliatifs assurent le dépistage précoce, le traitement de la douleur et d'autres problèmes physiques et l'anticipation des besoins psychosociaux et spirituels.  

Les soins palliatifs existent sous différentes formes. Ils peuvent s’effectuer aussi bien à la maison qu'en dehors de la maison.  En résumé : le terme "soins palliatifs" est utilisé pour toutes les formes de soins qui tentent de garantir la qualité de vie d'un patient au cours de ses derniers instants.  

Concrètement, les soins palliatifs comprennent :

  • la lutte contre la douleur et d'autres symptômes incommodants 
  • le soutien psychosocial et spirituel du patient et de sa famille
  • l'encadrement pour permettre au patient de vivre le plus activement possible jusqu'à la fin
  • l'investissement pour une meilleure qualité de vie et une influence favorable sur le cours de la maladie
  • une bonne évaluation des effets et des nécessités de traitements appropriés pour rallonger l'espérance de vie (p. ex. la chimiothérapie ou la radiothérapie)

Soins palliatifs, terminaux et supportifs

Les soins palliatifs essayent de neutraliser le plus possible, ou au moins de diminuer, les douleurs et les problèmes d'une affection incurable. Dans la pratique, on peut établir que tout patient qui n'a plus d'espoir de guérison entre en ligne de compte pour un traitement palliatif. 

Un patient diabétique ne peut, par exemple, pas être guéri, mais peut très bien être soigné de manière palliative par le biais de l'insuline. 

Le terme de soins supportifs est utilisé pour l'accueil palliatif d'une personne souffrant d'une maladie incurable, qui a encore une espérance de vie de plusieurs années. 

Les soins terminaux désignent l'accueil palliatif d'une personne atteinte d'une maladie incurable au cours des dernières semaines ou mois de sa vie. 

Les soins palliatifs ne correspondent donc pas uniquement aux soins terminaux mais sont bien plus larges. Ils comprennent tous les soins que l'on peut offrir lorsque plus aucune guérison n'est possible. On peut entamer un traitement palliatif, même lorsque le patient n'est pas en phase terminale. 

Dans la mesure où beaucoup de patients et leur famille, mais également les médecins et prestataires de soins, assimilent le terme "palliatif" au stade terminal, les soins palliatifs sont souvent démarrés beaucoup trop tard, voire pas du tout.

Les soins palliatifs dans la pratique

Comment demander des soins palliatifs ?

Lorsqu'il est clair qu'une personne souffre d'une maladie incurable, elle peut bénéficier de soins palliatifs. La décision est généralement prise en concertation avec le médecin traitant. Pour l'organisation pratique des soins, il faut s'adresser au service social de l'hôpital ou au service social de la mutualité.

Des soins palliatifs à domicile

Les soins de première ligne
La plupart des patients palliatifs préfèrent être soignés le plus longtemps possible à leur domicile. Les soins sont pris en charge par des infirmiers à domicile sous la direction d'un médecin généraliste. C'est ce que l'on appelle les soins de première ligne.  

Équipes palliatives à domicile
L'aide de première ligne peut être complétée par les équipes palliatives à domicile. Il s'agit d'équipes multidisciplinaires composées de conseillers infirmiers, d'un médecin pouvant fournir des conseils, d'un psychologue et de bénévoles. 

Elles soutiennent et conseillent les infirmiers à domicile et le médecin généraliste concerné qui se chargent des soins concrets. En accord avec le personnel soignant et le patient, l'équipe palliative à domicile peut également coordonner et organiser les soins. 

Dans des cas spécifiques, l'équipe palliative à domicile peut également prendre certains aspects des soins en charge. Elle rend alors des visites à domicile, encadre et soutient le patient sur les plans physique, psychique, spirituel, social et pratique.

Les équipes palliatives à domicile sont disponibles en permanence (24 h sur 24 et 7 jours sur 7). 

Les services sont gratuits pour toute personne affiliée à l'assurance maladie obligatoire.

Des soins palliatifs en dehors de la maison

Les soins palliatifs en dehors de la maison sont réalisés dans des centres de jour palliatifs, les unités palliatives des hôpitaux et les équipes de soutien palliatif au sein des hôpitaux et des maisons de repos et de soins. 

Centres de jour palliatifs
Les centres de jour palliatifs constituent un complément aux soins palliatifs à domicile. Ils s'adressent aux personnes qui veulent séjourner à leur domicile au cours de leurs derniers instants, mais qui peuvent difficilement y être encadrées 24h. sur 24, soit parce qu'elles sont dans l'impossibilité de faire appel à un aidant proche, soit parce que la charge physique et psychologique est trop importante pour leur entourage. 

Les personnes palliatives y sont accueillies de 9h. à 17h. pour tous les soins infirmiers nécessaires. Elles peuvent en outre également y consulter un psychologue. 

Equipes de soutien palliatif dans les hôpitaux

Chaque hôpital est tenu de proposer une fonction palliative. Celle-ci prend souvent la forme d'une équipe de soutien palliatif. Il s'agit d'une équipe multidisciplinaire composée de médecins, d'infirmiers et de psychologues, éventuellement assistés par d'autres professionnels de la santé. 

Une équipe de soutien palliatif se tient à la disposition des différents services de l'hôpital et peut également être active dans plusieurs hôpitaux.

Elle remplit uniquement une fonction de soutien et d'encadrement et ne pratique pas de soins concrets.

Equipes de soutien palliatif au sein des maisons de repos et des maisons de repos et de soins
Par analogie aux hôpitaux, les maisons de repos et les maisons de repos et de soins sont également tenues de proposer une fonction palliative. Elles font également souvent appel à des équipes de soutien palliatif qui fonctionnent de la même manière que dans les hôpitaux.

Unités de soins palliatifs

Lorsque les patients palliatifs ne peuvent ni être soignés à la maison ni dans une institution, ils peuvent être admis dans une unité de soins palliatifs. Ces unités de soins sont également indiquées pour une admission temporaire comme phase de transition entre une hospitalisation et des soins palliatifs à domicile.

Une unité de soins palliatifs est un département à petite échelle, qui dépend généralement d'un hôpital. Le processus de guérison passe au second plan tandis que l'accent est mis sur un maximum de soins de confort.

Les unités palliatives comptent des collaborateurs de différentes disciplines : médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, psychologues, diététiciens, travailleurs sociaux, bénévoles,…

 

Qui administre les soins palliatifs ?

Différents prestataires sont impliqués dans les soins palliatifs. Quelques exemples :

  • les médecins palliatifs
  • les infirmiers
  • les psychologues
  • les kinésithérapeutes
  • les travailleurs sociaux
  • les prêtres et conseillers moraux

Les soins palliatifs à domicile sont généralement réalisés par une infirmière à domicile sous la direction d'un médecin généraliste. Le médecin généraliste est le point de contact et la personne de confiance du patient. Il conseille, suit et renvoie. 

Une équipe palliative à domicile complète les soins de l'infirmière à domicile et du médecin généraliste. Elle est généralement composée de médecins, d'infirmiers et de psychologues.  

Les unités palliatives des hôpitaux sont généralement composées de médecins et d'infirmiers, assistés par d'autres prestataires de soins comme des diététiciens, des kinésithérapeutes et autres. Ensemble, ils forment une équipe multidisciplinaire qui encadre le patient palliatif avec beaucoup d'expertise et de dévouement.

Les bénévoles peuvent également prendre une partie des soins en charge. Ils ne reprennent pas les tâches des prestataires de soins professionnels, mais complètent leur travail quand c'est nécessaire (transport, repas, une oreille attentive,…).

Le pharmacien joue lui aussi un rôle important. Il ne fait pas qu'exécuter la prescription du médecin mais peut également fournir de précieux conseils.  

La Flandre, la Wallonie et Bruxelles sont divisés en régions ou réseaux palliatifs qui fournissent un encadrement aux soins palliatifs spécialisés. Ce sont des points de contact pour les patients, les prestataires de soins et pour les équipements de soins (soins à domicile, maisons de repos, hôpitaux, organisations de bénévoles,…). Ils coordonnent la collaboration entre ces instances afin que l'encadrement du patient palliatif se passe le mieux possible.

Forfaits de soins pour patients palliatifs

Les patients palliatifs qui bénéficient de soins à domicile ont droit à une prime de soins forfaitaire. Elle est appliquée sur base du degré de dépendance du patient. Il existe deux formes de forfaits :

Le forfait soins palliatifs
Les patients avec une espérance de vie de moins de trois mois et qui souhaitent passer leurs derniers instants à la maison, peuvent bénéficier d’un forfait palliatif. Il s'élève à 594,79 euros et peut être perçu deux fois.

Le forfait est une intervention complémentaire destinée à couvrir les frais des soins à domicile qui ne sont pas ou seulement partiellement remboursés. Il s'agit des médicaments, du matériel de soins et des dispositifs (par exemple, les sondes, les perfusions, les sièges de toilette, les antidépresseurs,…).

Il couvre 30 jours de traitement mais peut être versé une seconde fois si le patient répond encore aux conditions. 

Le médecin généraliste fait une demande à cette fin via un formulaire qu'il envoie au médecin-conseil de la mutualité du patient. La mutualité paye le forfait après réception de l'avis du médecin-conseil. 

Les patients palliatifs ne payent en outre plus de ticket modérateur pour les visites à domicile du médecin généraliste. 

Le forfait palliatif pour les soins infirmiers
L'infirmier à domicile peut facturer un forfait palliatif. Dans ce cas, le remboursement des soins palliatifs ne se fait pas par prestation, mais via un montant par jour de soins qui couvre toutes les prestations. 

Le forfait est accordé sur base du degré de dépendance du patient (échelle de Katz). 

Le patient ne paye pas de ticket modérateur pour les prestations.

Dispositions pour les aidants proches

Congé palliatif
Un travailleur peut prendre un congé palliatif pour soigner un proche palliatif. Cette forme d'interruption de carrière est un droit et l'accord de l'employeur n'est donc pas nécessaire. Le congé palliatif dure un mois et peut être prolongé d'un mois à une reprise. 

Congé d'assistance
Un travailleur peut prendre un congé d'assistance pour soigner ou assister des membres de sa famille gravement malades (jusqu'au deuxième degré). Le congé d'assistance peut être pris en périodes de minimum 1 mois et maximum 3 mois. Des prolongations sont possibles, mais la durée totale du congé d'assistance à temps plein est limitée à 12 mois par membre de la famille. 

Trois formes d'interruption de carrière
Un travailleur a le choix entre trois types d'interruption de carrières, qu'il s'agit d'un congé palliatif ou d'un congé d'assistance :

  • l'interruption complète
  • la réduction des prestations à 1/2 temps (à condition que vous travaillez au moins à 3/4 temps)
  • la réduction des prestations d'1/5 temps (à condition que vous travaillez à temps plein)

Au cours de cette période, l'aidant proche perçoit une indemnité de l'ONEM.

Les soins palliatifs et la décision relative à la fin de vie

La dernière phase de la maladie s'accompagne inévitablement d'une décision relative à la fin de vie. Les soins palliatifs constituent un point de repère important pour le patient et sa famille pour pouvoir faire un choix bien réfléchi à ce sujet. Le traitement de fin de vie ne fait cependant pas partie des soins palliatifs.

Les soins palliatifs peuvent toutefois offrir une aide importante pour prendre les décisions suivantes :

  • L'arrêt, le non lancement ou le refus d'un traitement
    Par exemple : la décision de ne plus démarrer de chimiothérapie pour un patient cancéreux ou de ne plus administrer d'alimentation artificielle ou de liquide à une personne.
  • L'adaptation des anti-douleurs au cours des derniers instants
    Ceci afin que le patient puisse mourir sans souffrir. Il se peut que cette action précipite les derniers instants, sans que ce soit l'objectif premier des anti-douleurs.
  • L'utilisation de la sédation palliative
    Ou l'administration de produits soporifiques au cours des derniers instants. Ceci afin que le patient n'ait plus conscience de douleurs intraitables ou insupportables. Ce traitement peut également précipiter les derniers instants, sans que ce soit l'objectif premier.
  • L'euthanasie
    Un médecin met intentionnellement fin aux jours d'un patient, à la demande expresse de ce dernier et selon certaines conditions.

 

Remise des diplômes au Lycée Provincial Hornu-Colfontaine

 

diplome colfontaine.jpg

Voici le lien pour les photos,

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.4275514692215.2...

Merci à Madame Annie Taulet, Députée provinciale